> Articles <

 
 

Equipe-type de la Coupe du Monde 2014

Il est grand et beau ce onze type composé de joueurs dont les équipes ont participé aux finales (la petite et la grande) de ce Mondial. Une dream team qui fait bien sur la part belle aux Allemands qui décrochent le Graal, avec la manière.


Manuel NEUER
NEUER
Philipp LAHM
LAHM
Ron VLAAR
VLAAR
Mats HUMMELS
HUMMELS
Daley BLIND
BLIND
Bastian SCHWEINSTEIGER
SCHWEINSTEIGER
Javier MASCHERANO
MASCHERANO

Thomas MULLER
MULLER

NEYMAR
NEYMAR

Lionel MESSI
MESSI
Arjen ROBBEN
ROBBEN

Remplaçants :
Toni Kroos, Angel Di Maria, Wesley Sneijder, Diego Garay, David Luiz, Miroslav Klose, Robin Van Persie

 

- Manuel NEUER : Une machine, un cyborg, un gardien bionique. Époustouflant de bout en bout du tournoi, il aura écœuré ses adversaires, en effectuant des arrêts tout aussi décisifs que répétés. Et entre 2 parades inhumaines, il en profite même pour s’improviser libéro contre l’Algérie, là encore avec succès. Sans véritable point faible, la muraille d’1m93 risque bien de ne pas s’arrêter au trophée mondial et de continuer de rafler de nombreux titres sous les couleurs du Bayern et de la Nationalmannschaft.

- Philipp LAHM : Et si le vrai déclic de l’Allemagne c’était le replacement de Lahm à son poste d’arrière droit ? Repositionné à son poste "naturel" à partir du 1/4 contre la France, la Mannschaft n’a cessé de monter en puissance dans le sillage de son leader, toujours aussi impeccable. Mine de rien, cela fait plus de 10 ans que le capitaine allemand fait partie des meilleurs défenseurs du monde. Une constance inégalée à ce niveau, à peine perturbée par ses apparitions au milieu de terrain.

- Ron VLAAR : Il était avant la compétition le seul nom un peu "connu" (et encore) de la ligne de défense néerlandaise. En tout cas le plus expérimenté, même s’il ne comptait que 23 sélections avant le début du Mondial des Pays-Bas contre l’Espagne. Vlaar aura fait preuve d’une solidité à toute épreuve, imposant son physique de déménageur à tous les attaquants qui ont osé se présenter devant lui. Avec en point d’orgue son match exceptionnel contre l’Argentine en 1/2, paradoxalement conclu par son penalty stoppé par Romero. La vie est une chienne.

- Mats HUMMELS : Élégant, fin balle au pied, brun à la dégaine de Mousquetaire : Hummels ne correspond pas exactement aux clichés traditionnels du défenseur central teuton. Comparé à son partenaire de charnière centrale - qu’il se nomme Mertesacker ou Boateng, aussi bourrin l’un que l’autre - la différence n’en est que plus éloquente. Et pour ne rien gâcher, il peut se targuer de 2 buts au compteur. Seul point noir, une certaine aptitude à accumuler les blessures, sans quoi il serait certainement reconnu comme l’un des meilleurs à son poste.

- Daley BLIND : Daley a réussi à se faire un prénom. Pas facile en effet d’évoluer dans l’ombre de la légende paternelle (vous avez dit Jordi Cruyff ?), qui plus est quand celui-ci vous regarde du banc, en tant qu’adjoint du sélectionneur. Sérieux défensivement, intelligent, techniquement à l’aise, il aura contribué aussi bien à la solidité défensive batave qu’à son allant offensif en n’hésitant jamais à prendre son couloir. Le tout agrémenté de 3 passes décisives et 1 but. Tout ça pour plaire à papa.

- Bastian SCHWEINSTEIGER : Dur de ressortir un élément du collectif germanique, encore plus de l’entrejeu qui a formé un bloc aussi compact que talentueux. Toni Kroos, aurait tout aussi bien pu prétendre à cette place mais la constance du capitaine bavarois et son énorme prestation en finale face à l’Argentine fait pencher définitivement la balance en faveur de Schweini alias le chouchou d’Angela Merkel. Une femme de goût.

- Javier MASCHERANO : Après plusieurs saisons en demi-teintes à jouer les utilités au milieu de la défense de Barcelone, on en avait presque oublié le "vrai" Mascherano, ce milieu défensif aboyeur, tacleur acharné et véritable moteur de son équipe. "El Jefecito" aura fait le sale boulot d’harcèlement, tout en grinta et expérience, laissant les coudées franches à Messi et Di Maria pour faire parler leur génie et ainsi mener l’Albiceleste jusqu’à la finale.

- Thomas MULLER : Il n’est pas très beau, pas très élégant balle au pied, pas très rapide, pas très costaud. Et pourtant, à 24 ans, il totalise déjà 10 buts et 7 passes décisives en Coupe du Monde (5 pions et 4 passes en 2014). Muller représente à lui tout seul les qualités historiques de l’équipe d’Allemagne : il a la justesse de Thomas Hassler (à qui il emprunte le prénom), l’efficacité de Gerd Muller (à qui il emprunte le nom) et le pragmatisme de Klose (à qui il va bientôt piquer le record de but en CM). Le tout donne un Rummenigge 2.0, avec le titre de champion du monde en bandoulière. Kolossal.

- Arjen ROBBEN : Le salopard qu’on adore détester. Ailier flamboyant, arme fatale des Oranjes, il aura hissé son pays sur le podium, 4 ans après l’avoir mené en finale. On le décrit souvent comme râleur, nombriliste ou simulateur. Parfois peut-être, mais c’est avant tout un des rares joueurs a pouvoir faire se soulever un stade sur une accélération, un déhanchement ou un crochet ravageur. Arjen taille patron.

- NEYMAR : Il fallait bien un représentant de la Seleção dans cette équipe. Qui d’autre que Neymar ? Joueur de classe mondiale dans une ligne d’attaque au niveau affligeant, il fut le seul à prendre conscience de l’événement et a osé lorsque ses partenaires semblaient tétanisés. Bref, à jouer "à la brésilienne", libéré. Un comble pour un gamin de 22 ans, superstar depuis ses 17 ans et qui devait supporter la pression de tout un peuple sur ses épaules. D’ailleurs, une fois sorti sur blessure, le Brésil privé de son inspiration, ne pouvait plus que sombrer dans les ténèbres du jeu. D’un point de vue personnel, attendu au tournant, Neymar aura prouvé qu’il était plus de la trempe d’un Ronaldinho que de celle d’un Denilson.

- Lionel MESSI : On ne s’éternisera pas sur sa nomination plus que douteuse par la FIFA de meilleur joueur du tournoi, tant la concurrence bavaroise (Neuer, Muller et Lahm en tête) fut supérieure. Mais il est par contre indéniable que la Pulga aura été le meilleur joueur de l’Albiceleste, talonné par l’insaisissable Angel Di Maria. Vice-champion du Monde, sur quelques accélérations dont il a le secret, il aura sauvé son équipe de situations inextricables (buts contre l’Iran et le Nigéria et passe décisive contre la Suisse). Mais le niveau d’exigence envers le quadruple Ballon d’Or est tel que cette absence de but en match à élimination directe et cette impression de ne pas être tout le temps à 100% laisse un goût d’inachevé.

>> Equipe-Type (bis) de la Coupe du Monde 2014 <<






11 Messages de forum

  • par SY MOUSA - 11/02/2016 15:14

    COMMENT SE FAIT VOTRE CLASSEMENT

  • par Jessy95 - 22/06/2015 20:01

    Luiz pour le Brésil n’a même pas été capable de porter l’équipe façe à L’Allemagne. C’était un vrai dégonflé. Thiago Silva à été suspendu bêtement face à la Colombie pour avoir gêné le gardien dans sa relance ce qui prouve que c’était pas du tout un acte intelligent du défenseur de ce niveau là surtout quand t’était le capitaine emblématique de la Seleçao. James je le mettrais seulement parce qu’il termine meilleur buteur mais c’est pas le meilleur joueur. Il a juste marqué le plus beau but rien de plus. Messi à fait gagner son équipe à presque lui tout seul pour aller jusqu’en finale. Et pour Gabrielle qui je pense n’a pas regardé les matchs sur sa télé. le Fifa Ballon d’or du mondial à été donné à Messi en mains propres par Blatter juste avant la remise du trophée. Il était même à droite de Manuel Neuer.

  • par jackzamble - 21/04/2015 17:17

    je pense que Ronaldo est le meilleur joueur

  • par Hello - 15/02/2015 00:06

    Bonne equipe

  • par Neymarbigboss - 19/01/2015 19:54

    Neymar devrait être 1 er Messi

  • par ethel du 94 - 03/01/2015 07:54

    Ou sont 10maria et james

  • par gabrielle - 23/11/2014 12:33

    James rodriguez il est ou si ça se trouve vous étiez tous en vacance à ce moment la, c’est lui qui à été le meilleur joueur du tournoi mondial et certainement pas messi qui d ailleurs c en est rendu compte lui même lorsque qu’on lui a remis le titre ,cr7 et la pulga ne ce sont pas distinguer alors qu’il a pas compétition ce sont eux qui marque l histoire du foot des dernières années 2 phénomènes dans une même période mais remettons les choses a leurs place ceux sont bien c’est 2 là qui écrivent l’histoire du foot depuis une dizaine d’années respect, mais Eusebio et Maradona resteront sans aucun doute les boss eux aussi avant eux puis sans oublier Raymond kopa et le dieu pelé........... puis pour tout ceux qui aime le foot , respect pour tout les supporters de toutes les équipes de chaque championnat plus particulièrement a ceux du benfica qui en compte plus que le reste du monde...

  • par jammmes !!!!!!! - 18/11/2014 14:30

    Et James Rodriguez(Colombie) alors il est ou ?

  • par halidhaliodzic - 19/07/2014 22:45

    luiz et simva meriterai remplacer humells et vlaar

    • par clement - 05/09/2014 17:11

      je suis d’accords

      • 24/10/2014 10:09

        Je suis d’accord



 

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 

TOP 50 MONDIAL

 
 
Top 50 des meilleurs joueurs du monde et de France
Meilleurs joueurs du Monde et de France

 

FACE-À-FACES

 
 
Xavi vs Pirlo
Xavi vs Pirlo
Messi vs Ronaldo
Messi vs Ronaldo
Eto&#39;o vs Drogba
Eto'o vs Drogba

 

EQUIPES-TYPES

 
 
Des Politiciens
Des Politiciens
Des Minorités
Des Minorités
Des Révélations de l&#39;Euro 2016
Des Révélations de l'Euro 2016
Des Statufiés
Des Statufiés
Des Pistonnés
Des Pistonnés

 

ARTICLES

 
 
Serie A : Les pépites à suivre en 2017
Serie A : Les pépites à suivre en 2017
Ligue 1 : Les pépites à suivre en 2017
Ligue 1 : Les pépites à suivre en 2017
Equipe-type de l&#39;Euro 2016
Equipe-type de l'Euro 2016
Et si c&#39;était l&#39;année de la Juve ?
Et si c'était l'année de la Juve ?
Equipe-type (bis) de la Coupe du Monde 2014
Equipe-type (bis) de la Coupe du Monde 2014

 

BUT DE LA SEMAINE

 
 
Franck Ribery (Bayern) vs Francfort
Franck Ribery (Bayern) vs Francfort
 

RATÉ DE LA SEMAINE

 
 
Andrea Consigli (Sassuolo) vs Fiorentina
Andrea Consigli (Sassuolo) vs Fiorentina
 

ARTICLES DU SITE LES PLUS POPULAIRES

 
 
Rap Français
Football
# Interviews :
L'Indis - Les Dix
Grain de Caf' - Octobre Rouge
# Chroniques :
La DERNIERE TRIBU : "Révolution"
MC JEAN GAB'1 : "J't'emmerde"
# Faces-à-Face :
Messi vs Ronaldo
Eto'o vs Drogba
# Articles de Fond :
Equipe-type de la Coupe du Monde (...)
Guadeloupe, Martinique : Panorama (...)
# Playlistes :
Playlist de l’année 1998
Playlist à Thème : Le Cannabis
# Explications de Textes :
"365 Cicatrices" - La Rumeur (Le Bavar)
"Soul Rebel" - Médine & Tiers Monde
# Equipes-Type :
Des Tireurs de Coup Franc
Des Racistes
# Top 50 des Meilleurs Joueurs