> Equipes-Type <

 
 

Des Minorités


Si les historiques communautés africaines (sub-saharienne et maghrébine), des DOM-TOM et d’Europe du Sud (Portugal, Espagne, Italie) ont fourni nombre de leurs enfants au football français, d’autres minorités, plus restreintes, apportent elles aussi leur pierre à l’édifice footballistique hexagonal et à la Ligue 1. Voici donc le Onze des Minorités.

Alphonse AREOLA
AREOLA
Hamada JAMBAY
JAMBAY
Jacques ABARDONADO
ABARDONADO
Jérémy MATHIEU
MATHIEU
Jean DJORKAEFF
DJORKAEFF
Vikash DHORASOO
DHORASOO
Rio MAVUBA
MAVUBA
Banel NICOLITA
NICOLITA
Billy KETKEOPHOMPHONE
KETKEOPHOMPHONE
Mickaël MADAR
MADAR
Mevlüt ERDING
ERDING

Entraîneur : Kombouaré (Kanak)

Remplaçants :
Zana Allée (Kurde irakien),
David Trézeguet (Argentine),
Alain Boghossian (Arménie),
Éric Rabésandratana (Madagascar),
Toifilou Maoulida (Mayotte)

- Alphonse AREOLA : L’espoir n°1 des gardiens français est issu d’un pays qui jusque là ne s’était jamais fait remarquer concernant le ballon rond : les Philippines. Alphonse, de son doux prénom, vu son talent et son potentiel, a toutes les chances de garder les cages du PSG et de l’équipe de France pour les années à venir. Et ainsi placer l’archipel asiatique sur la carte du football mondial.

- Jean DJORKAEFF : Encore plus que Youri, "Tchouki" porte sur son visage le type de ses ancêtres. Car si les traits de son fils sont nuancés dus à l’ascendance arménienne de sa mère, Jean arbore lui ostensiblement ses racines kalmouks. Peuple eurasien proche du Caucase, il constitue un petit élément de la grande mosaïque ethnique russe. Une communauté réduite à la portion congrue en France, mais qui aura marqué les Bleus sur deux générations.

- Jérémy MATHIEU : Si en France les vrais roux ne sont pas légion, Mathieu est bien de ceux-là. Le frère capillaire de Paul Scholes aura porté haut la couleur orangée de Sochaux à Barcelone en passant par Toulouse et Valence. Jusqu’en équipe de France, avec laquelle il compte 5 sélections (chiffre qui aurait dû être plus conséquent sans ses blessures à répétition).

- Jacques ABARDONADO : Ah ce bon vieux Pancho ! Gitan dans l’âme, il représente sa communauté et ses valeurs sur et en dehors des terrains. Guerrier infatigable qui donne tout pour le maillot, Jacques, de son vrai prénom, ne triche jamais et a toujours su se faire adopter par ses supporters, malgré des qualités techniques faibles. Marseille, Lorient, Nice ou Valenciennes : le cousin de Gignac et Mollo aura trimbalé son envie et sa caravane aux quatre coins de la France, en laissant à chaque fois de bons souvenirs.

- Hamada JAMBAY : Ou la preuve vivante que l’on peut être un joueur symbole d’un grand club sans finesse ni légèreté. Car Jambay aura été l’une des mascottes du Marseille des années 90. Le Comorien de naissance était à l’OM ce que Llacer était au PSG : le joueur de devoir qui fait le sale boulot à l’ombre des stars. Poussant le mimétisme jusqu’à mettre comme le Parisien, un but unique qui restera dans les annales :

Sollicité par la sélection comorienne (à cette époque pas encore sponsorisée par Rohff) il décline l’offre pour finalement porter le maillot de Madagascar, pays d’origine de la famille de sa mère.

- Rio MAVUBA : Dommages collatéraux de l’Histoire et de la géopolitique, les apatrides ont un statut à part. Jusqu’à sa 20e année, Rio Mavuba appartenait, comme Mario Balotelli, à cette inclassable catégorie administrative. Né sur un bateau au large de l’Angola un jour de mars 1984, il n’eut de ce fait aucune nationalité jusqu’en 2005. Parti de loin, il côtoya les sommets avec plusieurs sélections chez les Bleus et un titre de champion de France avec Lille.

- Vikash DHORASOO : Si le type ethnique indien est l’un des plus présents sur Terre, il est rarissime dans le football de haut niveau. Mais ne nous trompons pas, ce n’est pas du pays de Gandhi que viennent Vikash et sa famille, mais bien de Maurice, cette petite île multiculturelle perdue au milieu de l’Océan Indien. Footballeur et personnage atypique, Dhorasoo aura toujours fait souffler le chaud et le froid avec des titres glorieux alternés avec des passages à vide (sur le banc voir même à l’ANPE après son licenciement du PSG). Considéré par certain comme un génie technique, d’autres le voyaient juste comme un joueur inutile, perdu sur le terrain et presque jamais buteur. Définitivement un joueur à part.

- Banel NICOLITA : Certes il fait figure d’exception dans cette équipe n’ayant pas la nationalité française. Mais après son passage en L1, dur de ne pas le citer. Car s’il y a bien une minorité en France (et dans toute l’Europe) qui souffre d’une mauvaise réputation, c’est bien celle des Roms. Marginalisés, rejetés, leur intégration aux sociétés occidentales se fait souvent dans la douleur. En cela, Nicolita, par son statut de footballeur et toute la visibilité/popularité qui en découle, a fait avancer (au moins un peu) les mentalités. Même si ses passages à Saint-Etienne et Nantes n’ont pas été de francs succès sportifs.
Avec maman, à la maison

- Mickaël MADAR : L’étendard de toute une communauté. Représenté pour la dernière fois dans une grande compétition à l’Euro 1996, les Juifs de France attendent toujours le successeur de Madar en Bleu. Et si les scouts de Football Manager promettaient un avenir radieux à Rudy Haddad, la réalité du terrain fut toute autre. Madar lui aura roulé sa bosse à Cannes, Monaco, La Corogne, Everton, Paris et Créteil dans un style bien à lui, fait d’abnégation, de générosité dans l’effort, de roublardise et de jeu de tête performant. L’épisode fameux de sa gourmette égarée qu’il chercha en vain de longues minutes lors d’un France-Autriche a alimenté un peu plus sa légende (et les clichés).

- Mevlüt ERDING : Chez nos voisins d’Outre-Rhin, le contingent des joueurs d’origines turques est conséquent. En France, où la communauté ottomane est beaucoup moins importante, on les compte sur les doigts d’une main et leur porte-drapeau n’est autre que ce bon Mevlüt. Erding ici, Erdinç au pays, peu importe l’orthographe, l’actuel pensionnaire du FC Metz reste égal à lui-même. Attaquant volontaire à la technique limitée, il fait parler son sens du but pour faire parler la poudre. Toujours équipé de son bracelet-éponge frappé du croissant blanc sur fond rouge, celui né à Saint-Claude dans le Jura a choisi de porter le maillot de la Turquie (à défaut de pouvoir prétendre à l’équipe de France ?)

- Billy KETKEOPHOMPHONE : Un style, une gueule et surtout un nom à faire cauchemarder les commentateurs. Ketkeophomphone ne peut pas se cacher, son blaze ne fait pas très "terroir". C’est plutôt du côté du Laos que se trouve le berceau familial. Fier de ses origines, il arbore sur son dos tatoué des symboles de sa culture ancestrale. En tous cas, le natif de Champigny-sur-Marne a réussi à se faire un nom en franchissant toutes les étapes avec succès et humilité, du National avec Strasbourg à la L1 avec Angers. En attendant mieux ?






 

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 

TOP 50 MONDIAL

 
 
Top 50 des meilleurs joueurs du monde et de France
Meilleurs joueurs du Monde et de France

 

FACE-À-FACES

 
 
Xavi vs Pirlo
Xavi vs Pirlo
Messi vs Ronaldo
Messi vs Ronaldo
Eto&#39;o vs Drogba
Eto'o vs Drogba

 

EQUIPES-TYPES

 
 
Des Révélations de l&#39;Euro 2016
Des Révélations de l'Euro 2016
Des Statufiés
Des Statufiés
Des Pistonnés
Des Pistonnés
Des Religieux
Des Religieux
Des Bleus d&#39;Outre-Mer
Des Bleus d'Outre-Mer

 

ARTICLES

 
 
Serie A : Les pépites à suivre en 2017
Serie A : Les pépites à suivre en 2017
Ligue 1 : Les pépites à suivre en 2017
Ligue 1 : Les pépites à suivre en 2017
Equipe-type de l&#39;Euro 2016
Equipe-type de l'Euro 2016
Et si c&#39;était l&#39;année de la Juve ?
Et si c'était l'année de la Juve ?
Equipe-type de la Coupe du Monde 2014
Equipe-type de la Coupe du Monde 2014

 

BUT DE LA SEMAINE

 
 
Franck Ribery (Bayern) vs Francfort
Franck Ribery (Bayern) vs Francfort
 

RATÉ DE LA SEMAINE

 
 
Andrea Consigli (Sassuolo) vs Fiorentina
Andrea Consigli (Sassuolo) vs Fiorentina
 

ARTICLES DU SITE LES PLUS POPULAIRES

 
 
Rap Français
Football
# Interviews :
L'Indis - Les Dix
Grain de Caf' - Octobre Rouge
# Chroniques :
La DERNIERE TRIBU : "Révolution"
DAVODKA – "Un Poing C’Est Tout"
# Faces-à-Face :
Messi vs Ronaldo
Eto'o vs Drogba
# Articles de Fond :
Equipe-type de la Coupe du Monde (...)
Guadeloupe, Martinique : Panorama (...)
# Playlistes :
Playlist de l’année 1998
Playlist à Thème : Le Cannabis
# Explications de Textes :
"365 Cicatrices" - La Rumeur (Le Bavar)
"Soul Rebel" - Médine & Tiers Monde
# Equipes-Type :
Des Tireurs de Coup Franc
Des Racistes
# Top 50 des Meilleurs Joueurs