> Interviews <

 
 

L’Indis - Les Dix


L’Indis, moitié du mythique groupe Les Dix, revient sur le devant de la scène après une longue période d’hibernation pour le plus grand bonheur du rap français. Rencontre avec l’un de ses plus beaux fleurons qui se confie sans ambages.

BONUS : FREESTYLE DE L’INDIS POUR KAISERBEN.COM

- Présentes-nous un peu ton parcours
- On a commencé au milieu des années 90, avec mon frère jumeau Lavokato, on était Les Dix. Au départ on s’est mis à écrire des textes par amour pour la langue française et les jeux de mots puis on a embarqué avec nous Nakk et quelques autres potes. On a fait une grosse scène, la 1ère partie de Smooth Da Hustler au festival XXL, qui nous a permis de nous faire connaitre et de nous ouvrir des portes. C’est là qu’on a rencontré Jo le manager de M13 Records (Mafia Trece) qui nous a proposé de travailler avec eux et nous a fait rencontrer Mark de l’émission Bombattak, qui a tout de suite kiffé ce qu’on faisait. Et il a proposé de créer un label (Original Bombattak donc) pour nous faire connaitre nous et Nakk. C’était super, ça nous a permis de nous retrouver dans les bureaux de pleins de DA et tout. Le souci c’est qu’à l’époque (1999) le rap ne marchait plus, vu que les maisons de disques avaient signé plein d’artistes en 97/98 et que beaucoup s’étaient cassés la gueule, l’âge d’or était terminé, ça s’effondrait. Les DA hip-hop étaient tous sur la sellette, ils attendaient un album tout fait plutôt que de signer et de développer un artiste. Comme on avait que des morceaux en vrac ("22 ans", "A la hauteur") pas spécialement fait pour un album, la signature n’a pas pu se faire, même s’ils aimaient bien le concept et notre façon de poser. Ça nous a un peu détruit mon frère et moi car on pensait que c’était vraiment le bon moment pour sortir notre truc.

- Vous n’avez pas voulu faire l’album vous-même à ce moment là ?
- On a jamais été super confiant en nous, on était jeune, jamais content de nous. Quand Mark nous a pris sous son aile, on avait confiance en lui mais Nakk s’est mis à avoir plus de buzz que nous et progressivement il nous a évincé du biz sans nous le dire ouvertement. Par exemple sur Original Bombattak qui était censé être la compile montée pour nous faire connaitre, on devait avoir 3 morceaux solos, on en a eu aucun, juste le feat avec Wallen. C’était une déception de plus, on écrivait de moins en moins et vu qu’en plus en 2000/01 j’habitais plus avec mon frère on s’est dit : "c’est bon ça nous saoule, on arrête". J’ai continué à faire des ptits freestyles vite faits et des featurings quand des potes me le demandaient jusqu’en 2004/05, là les gens du coup croyaient que je continuais mais non, c’était juste pour s’amuser, j’ai pas fait un seul solo. Et comme ils étaient de plus en plus espacés je me suis arrêté.

- Pourquoi Lavokato avait déjà décidé d’arrêter complètement ?
- Il n’était pas spécialement motivé. Il a toujours été super perfectionniste et chaque morceaux ont les pondaient dans la douleur. On se torturait la tête sur chaque mot ou rime mal placée. Arrêter le rap c’était comme avoir un souci en moins, vraiment ! Surtout qu’à l’époque on se faisait systématiquement critiquer par les DA, les rédacteurs en chef et les mecs de radio, ils nous disaient des trucs comme : "y’a pas d’émotions dans votre voix", "vous êtes monocordes", "vous rappez comme des blancs", tout et n’importe quoi...Même quand tu es humble, à force ça fait mal quand on critique ce que tu as fait avec le cœur. Surtout que Mark nous a fait comprendre qu’on était obligé de passer par ces gens-là si on voulait percer. Quand on a dit qu’on arrêtait, c’était un soulagement en fait.

- Qu’est-ce qui toi, t’as donné envie de revenir ?
- Après ça, j’ai fait ma vie, j’ai eu un enfant et tout. Et y’a pas longtemps, un peu nostalgique, je me suis mis à réécouter tout ce que je kiffais en ricain, Big Pun, Nas etc. J’avais ce groove dans la tête et des idées qui naissaient. Et j’ai eu la chance de tomber sur des mecs qui m’ont fait confiance tout de suite grâce à mon passé comme les mecs du Gouffre qui m’ont poussé et m’ont proposé plein d’instrus direct. Donc j’ai commencé à reprendre du plaisir à poser et à m’y remettre. Je ne pensais même pas qu’il y aller avoir plein de retour positifs, sur le web notamment. Et comme je viens de comprendre qu’on n’existe qu’à travers ce qu’on sort, j’ai décidé de laissé ma trace dans le rap français et de faire un EP. Si un jour on parle de l’Indis, on se référera à cette date, y’a eu cette sortie. Ça va être un 6 titres, intitulé "Mes Classiques" comme le morceau qu’on retrouvera, avec "Aucun sens" et d’autres. On va essayer de sortir ça rapidement, y’aura pas beaucoup d’exemplaires, je le fais pas dans un but lucratif. Et pour rendre hommage à tous ceux qui m’ont fait confiance comme Dj Nicholson qui scratch sur mes morceaux, Nizi qui me balance ses prods, le Gouffre qui me font poser gratuitement dans leur studio, Loko, Jeff le Nerf, des mecs qui ont les mêmes références que moi...Donc voila, même si je ne fais pas ça pour l’argent, par principe on ne peut pas donner gratuitement un disque, donc on va vendre ça à bas prix. Le but est vraiment de me faire plaisir et de faire plaisir aux gens qui vont l’écouter et qu’ils comprennent ce que je veux faire passer. Et je reçois de plus en plus de mails de gens qui me disent qu’ils sont sensibles à ce que je fais, et c’est plaisant de voir que tu fais pas tout ça pour rien, que tu n’es pas qu’un incompris. Aujourd’hui, de plus en plus de gens comprennent ce que je fais, je ne sais pas si c’est dû au fait que les autres rappeurs sont devenus nazes ou si les gens ont mûri et que leurs oreilles sont plus familiarisées à certaines techniques.

- Ce sont des gens qui ont grandi avec tes sons ou de nouveaux auditeurs ?
- Les 2. Y’en a même un qui a dit : "tiens c’est marrant, il rappe un peu comme Nakk, c’est qui ce mec ?".

- Nakk et Les 10’ c’est une grande histoire...
- On était à l’école ensemble. Et quand on commençait à rapper en 95, il était chez nous, il nous écoutait. Puis il nous a avoué qu’il rappait aussi, on a écouté ses premiers textes et il est devenu vite plus forts que nous ; mais ça se voyait qu’il était fait pour ça, que c’était un artiste. Alors que nous à la base on est plus des techniciens que de vrais artistes, on étudiait et décortiquait la façon de construire les rimes de Big Pun et Terror Squad et on essayait de reproduire. En plus ma voix n’est pas "microgénique", j’ai pas de timbre bien marqué. Mais malgré le fait qu’il ait eu plus d’opportunités ou de notoriété que nous, on a toujours était content pour lui, sans la moindre jalousie, car il le méritait.

- Et son retour avec la sortie de son album, ça t’as pas donné toi aussi l’envie de réapparaître, faire des trucs ensemble ?
- Depuis "Boboch connexion" en 2002 l’envie de retourner en studio avec lui a toujours existé, c’est toujours un plaisir de poser ensemble.

- Ton frère n’a pas envie de remettre le couvert également ?
- Je ne peux pas me prononcer pour l’instant. Après avoir enregistré "Aucun sens", je pensais qu’il allait revenir sur le morceau suivant. Mais finalement j’ai fait 6 solos sans qu’il ne se manifeste. Mais c’est compliqué car déjà il a un œil très critique sur ce que je fais, à chaque titre que je lui fais écouter, il va me sortir 50 remarques avant de dire que c’était bien. Il a toujours été comme ça, un conseiller hors pair, très pointilleux. C’est aussi ce qui fait de lui quelqu’un de très torturé dans son écriture, processus qu’il ne veut pas forcément revivre. Maintenant qu’on a des enfants et un travail ont peut plus se permettre ça, donc en ce qui me concerne, j’ai dû accepter le fait d’être moins exigeant. Je vais pouvoir t’écrire un couplet en une soirée quand avant je ne te sortais que 2 phrases. C’est aussi ça la maturité et l’expérience, maintenant je sais que je peux plaire par l’ensemble, ma façon de poser, ce que je vais dire et ma rime, sans rentrer dans une complexité inutile. Je m’autorise aussi à tenter certain truc que je ne me permettais pas avant comme poser un mot bizarrement, tester un flow chelou. Mais pour le frangin ce n’est pas forcément le cas. En tout cas, pour mon EP, je pourrais compter sur lui pour me dire ce qu’il pense et me défendre s’il le faut, c’est pas pour rien qu’on l’appelle Lavokato !

- D’ailleurs d’où vient le nom L’Indis et Les Dix ?
- Moi c’était tout simplement mon nom de graffeur. Mon frère initialement c’était Verbal le Disciple. Tous les 2 on avait donc la syllabe ’dix’ dans nos pseudos, d’où Les 10’. On n’a pas cherché à trouver un nom spécial pour le rap, dans un délire bling-bling où je ne sais quoi, on s’est contenté de garder ce qui nous venait du tag.

- Pour revenir au présent, tu vas continuer sur ta lancée après la sortie de ton EP ?
- Ce qui est sûr c’est que l’envie est bien présente, j’ai de nouveau faim.

- Justement, d’où vient cette nouvelle faim qui était absente pendant 6 ans ?
- La motivation m’est venue lorsque j’ai vu un freestyle d’Eminem et un autre de Method Man où les gars autour d’eux étaient sur le cul à chaque phase. Ça m’a donné moi aussi l’envie de mettre des baffes et de retrouver la fougue de ma jeunesse. Aussi avec les nouveaux médias y’a tout qui change : tu kickes un truc en studio, le lendemain tu le balances sur Youtube et t’as un retour immédiat. Tu mets un titre sur le Net et 3 jours après des mecs qui habitent à l’autre bout du monde et qui ne te connaissaient pas viennent te checker alors qu’avant tu trimais comme un chien pour une K7 mal enregistrée qui était écoutée par 10 personnes ! Ça fait plaisir, si tu as un peu de talent, tu es plus vite exposé à plein de gens.


- On est exposé aussi à beaucoup de mauvais...
- Normalement, cette grosse concurrence devrait permettre d’élever le niveau du rap, ça pousse à être le meilleur pour être apprécier. Après y’a plein de mecs que vont te dire qu’untel c’est du lourd alors que le Mc n’a rien inventé, il fait juste en moins bien ce qu’on faisait déjà y’a 12 ans. Il n’empêche que les auditeurs sont aussi beaucoup plus exigents, quand tu mets plus 3 punchlines dans un 16 les mecs disent que ton texte est nul. La preuve, certains ont critiqué l’album de Nakk alors que dans un morceau y’a plus de punchlines que dans la discographie entière d’autre rappeur.

- Et la scène ?
- Je kiffe, je ne refuse aucun concert. Avec mon frère, c’est vraiment l’endroit où on se sentait à l’aise, d’ailleurs si je lui propose de remonter ensemble sur scène, il acceptera. Si en plus la scène peut me permettre d’avoir des fonds pour faire mon CD ça serait parfait. J’ai 2/3 plans mais rien de concret pour l’instant, ou alors c’est en province sans aucun budget ou une simple première partie.

- Vous ne pensez pas avoir la surface nécessaire pour remplir une salle Nakk et toi ?
- Si tu regardes bien, Nakk ne fait justement que des premières parties. Dans ce cas-là moi je dois me contenter de rapper dans ma cave !

- Perso, je n’ai jamais compris comment Nakk ne pouvait être que la 1ere partie de Youssoupha par exemple (cf. concert de février dernier au Canal 93)
- C’est honteux. Le milieu du rap est injuste, à l’image du monde, c’est la seule explication.

- Pour finir, tu sais que sur Kaiserben.com on est aussi très foot. Toi aussi ?
- Je ne suis plus à fond dedans, mais j’analyse le foot un peu comme le rap. Par exemple, si tu me dis que Messi est plus fort que Maradona je te dis que c’est faux. Messi a en lui les vestiges du passé, il peut faire ce qu’il fait parce que Maradona est passé avant lui. Dans le rap c’est pareil, Solaar a été le premier a balancer des jeux de mots sur ses freestyles, les Sages Po sont arrivés après avoir ingurgité sa technique, ensuite Time Bomb c’est servi des Sages Po etc. C’est le principe de l’évolution de l’Homme finalement. Après mon problème c’est que je suis un vieux nostalgique, je suis resté bloqué à une certaine époque. J’ai mes légendes, donc je ne pourrais jamais te dire qu’un Ronaldinho, malgré tout ce qu’il a inventé, est meilleur qu’un Pelé.

Pour en savoir plus :
Sa page Facebook

BONUS : FREESTYLE DE L’INDIS POUR KAISERBEN.COM






2 Messages de forum

  • par kamel papusse - 08/12/2010 11:51

    L’Indis et son frère,on peut y inclure Nakk,c’est le cas typique de mecs bien trop en avance par rapport à leurs pseudo concurrents de l’époque.(Je ne veux pas faire l’amalgame,il y a eu bien sur de bons rappeurs aussi,mais certains par contre ont été de belles arnaques)Si tu écoutes les morceaux d’il y a 13 ou 15 ans,tu te rends compte que le niveau est élevé et que ça n’a pas pris une ride.Tu prends "22 ans" par exemple,le morceau tu l’écoutes même dans 10 ans c’est la même intensité.Mais c’est la médiocrité,les clichés qui semble convenir aux directeurs artistique,programmateurs radio etc...Le buzz se fait autour de personnage,de bad boys fictifs,de types qui font des 6 mois de prisons qui t’en parlent dans tous leurs morceaux comme s’ils sortaient du bagne de Cayenne etc,etc...Pour les jeunes déjà instables,c’est quoi le message porteur ? Après tu peux comprendre que les parents soient réfractaires a cette musique et au mouvement Hip-Hop en général.Il y a des morceaux,c’est impossible de les écouter en compagnie de tes gosses tant c’est rempli d’insultes et de négativité alors que le but initial ce serait de partager non ? Que les gens écoutent l’Indis,et si ils ont l’occasion et qu’ils écoutent aussi "les 10",car l’Avokato,son frère c’est du très lourd aussi.Le EP promet en tout cas,à Bobigny ça fait longtemps qu’on croit en lui et c’est pas du chauvinisme exacerbé car des mauvais on en a eu aussi et j’ai des noms... C’est pas mal les gars ,je ne connaissais pas votre site mais surtout relisez bien avant de publier vos articles,c’est truffé de fautes de français,les détracteurs pourraient encore utiliser ça pour faire passer les rappeurs pour des gardiens de chèvres analphabètes. Pour la partie footballistique ce sera :"ALLEZ PARIS !!!!!!!!!!!" amicalement ,Kamel...............

    • par kaiserben - 08/12/2010 14:27

      Merci de ta contribution Kamel. Par contre, je suis seul à m’occuper du site donc pas forcément beaucoup de temps, surtout que l’orthographe est loin d’être mon fort !
      En tout cas, j’abonde dans ton sens et incite tout le monde à mettre quelques euros de côté pour le futur EP.
      Bobigny est quand même bien pourvu en talent avec Les Dix, Nakk et Kabal !


 

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 

DU MEME ARTISTE

 
 
L&#39;INDIS : "Mes Classiques"
"Mes Classiques"
L&#39;INDIS : "Mon Refuge"
"Mon Refuge"

"Aucun Sens" - L&#39;Indis (Exclu)
Son de la Semaine - "Aucun Sens" - L’Indis (Exclu)
Freestyle de L&#39;Indis (Les Dix)
Videos Bonus - Freestyle de L’Indis (Les Dix)
"Code Barre" - L&#39;Indis
Son de la Semaine - "Code Barre" - L’Indis
"Avec un Grand G" - L&#39;Indis
Son de la Semaine - "Avec un Grand G" - L’Indis

 

AUTRES INTERVIEWS

 
 
Viktor Coup K
Viktor Coup K
Grain de Caf&#39; - Octobre Rouge
Grain de Caf’ - Octobre Rouge
Pejmaxx
Pejmaxx
Aki la Machine
Aki la Machine
DaPro - Force Pure
DaPro - Force Pure
Aïckone Sakage Kronik (1/2)
Aïckone Sakage Kronik (1/2)
Aïckone Sakage Kronik (2/2)
Aïckone Sakage Kronik (2/2)

 

ARTICLES DU SITE LES PLUS POPULAIRES

 
 
Rap Français
Football
# Interviews :
L'Indis - Les Dix
Grain de Caf' - Octobre Rouge
# Chroniques :
La DERNIERE TRIBU : "Révolution"
DAVODKA – "Un Poing C’Est Tout"
# Faces-à-Face :
Messi vs Ronaldo
Eto'o vs Drogba
# Articles de Fond :
Equipe-type de la Coupe du Monde (...)
Guadeloupe, Martinique : Panorama (...)
# Playlistes :
Playlist de l’année 1998
Playlist à Thème : Le Cannabis
# Explications de Textes :
"365 Cicatrices" - La Rumeur (Le Bavar)
"Soul Rebel" - Médine & Tiers Monde
# Equipes-Type :
Des Tireurs de Coup Franc
Des Racistes
# Top 50 des Meilleurs Joueurs