> Equipes-Type <

 
 

Des Statufiés


Plus que pour l’argent, c’est pour la gloire que roulent les footballeurs professionnels. Marquer l’histoire d’un club ou d’une nation est un objectif commun à tout grand joueur qui se respecte. Et l’un des hommages les plus forts qui soit consiste à ériger des statues à l’effigie de ces légendes en short et crampons. Voici donc l’Équipe-Type des Statufiés, le Onze des coulés dans le bronze.

Lev YACHINE
YACHINE
Bobby MOORE
MOORE
Andres ESCOBAR
ESCOBAR
Tony ADAMS
ADAMS
Jack CHARLTON
CHARLTON
Frank RIJKAARD
RIJKAARD
Diego MARADONA
MARADONA
Carlos VALDERRAMA
VALDERRAMA
Zinedine ZIDANE (dans le torse de Materazzi)
ZIDANE
PELÉ
PELÉ
NEYMAR
NEYMAR

- Remplaçants :
Ronaldo (statue commandée par lui-même)
Fernandao (oui oui, l’ancien de Marseille !)
Puskas (4 statues pour le Major Galopant)
Best, Romario, Di Stefano, Eusebio, Garrincha, Hugo Sanchez etc.

- Arbitre :
Tofik Bakhramov (celui qui a accordé le but à Hurst en finale de la CM66)

- Entraineurs :
Bill Shankly, Alf Ramsey, Valeri Lobanovski, Brian Clough, Bora Milutinovic, Alex Ferguson, Butsby, Zagallo, Hiddink, Eriksson

- Hors-catégorie :
Paul le Poulpe, Captain Tsubasa

- Lev YACHINE : Il fut désigné meilleur gardien du XXe siècle, il méritait donc logiquement un hommage à la hauteur de la distinction. Deux statues furent donc édifiées en l’honneur du regretté Yachine : l’une devant le stade du Dynamo Moscou, son club de toujours, l’autre devant le stade national Loujniki, théâtre de ses exploits sous le maillot soviétique. L’Araignée noire est immortelle.

- Bobby MOORE : L’Angleterre, berceau du football moderne, est friande de reconnaissance envers ses légendes nationales footballistiques. Bobby Moore est l’une d’elles et Londres le célèbre en 3 endroits différents : devant Upton Park et dans l’une de ses rues adjacentes et bien sûr devant le mythique Wembley. Il est également anobli au titre d’officier de l’Ordre de l’Empire britannique. Aux grands hommes la patrie reconnaissante.

- Andres ESCOBAR : Si la plupart des statues mettent en valeur un joueur aux valeurs et aux exploits hors du commun, d’autres honorent la mémoire d’hommes disparus tragiquement. C’est ainsi qu’à Medellín se trouve le bronze d’Andres Escobar, l’enfant du pays, abattu froidement à son retour de la Coupe du Monde 94 où le Colombien eu le malheur de marquer un but contre son camp. Dans le même esprit, Foé, Fehér, Christian Benítez, Puerta ou Jarque ont également été immortalisés.

- Tony ADAMS : Qui a dit qu’on ne statufiait que des génies offensifs ou des footballeurs à la technique hors-norme ? Défenseur rugueux, anti-star et alcoolique sur les bords, Tony Adams n’avait pas le profil de l’emploi. Sauf dans un pays : l’Angleterre. Car la Perfide Albion sera toujours reconnaissante envers ce type de joueur, fidèle à un seul club, et prêt à tout pour honorer ses couleurs sur le terrain. Arsenal ne s’y est pas trompé en déposant sur le parvis de son nouveau stade (à proximité d’un certain Thierry Henry) un Adams plus vrai que nature.

- Jack CHARLTON : On reste dans les îles Britanniques, du coté de l’Eire et de Cork. Où l’on fait dans l’extravagance puisque c’est dans un aéroport(!) que l’on retrouve le bronze d’un joueur Anglais(! !) en train de pêcher (! !!). C’est bien de Jack Charlton dont on parle, défenseur emblématique de Leeds et de la sélection irlandaise dont il prit les rennes pendant 9 ans d’une période fastueuse. Autre originalité, son frère Bobby possède lui aussi sa représentation, mais du coté de Manchester. Les Charlton, une famille en bronze.

JPEG - 98.1 ko
La pêche est bonne pour Charlton

- Frank RIJKAARD : Les Pays-Bas sont une petite contrée à l’échelle mondiale mais une des dix meilleures nations de l’histoire du football. Avec tous les talents qu’elle a engendrés, il y a matière à sculpture. Et ils ne s’en sont pas privé les Bataves, en en édifiant plus d’une trentaine ! C’est ainsi logiquement que l’on retrouve celle de Rijkaard, l’un des emblèmes de la génération dorée des Oranjes vainqueur de l’Euro 1988. Une distinction rarissime pour un milieu défensif, d’habitude à l’écart des lumières. Comme quoi, le talent n’a pas de poste.

- Diego MARADONA : Quand on se fait appeler "El D10S", il est logique d’avoir des idoles à son effigie. Que Maradona n’en compte ’que’ 2 est limite étonnant. C’est naturellement en Argentine qu’on les retrouve : l’une sans surprise se situe dans le musée de Boca Junior et l’autre se trouve dans la ville côtière de Bahia Blanca. Idolâtré à Naples, la capitale parthénopéenne ne contient pas de statue du Pibe de Oro mais ’seulement’ des fresques et des autels(!) à la gloire du légendaire meneur de jeu.

- Carlos VALDERRAMA : 6 mètres de haut pour un poids total de 8 tonnes : quand la Colombie rend hommage à l’un de ses siens, elle ne le fait pas à moitié. Rien ne semble trop grand pour saluer le maître du toque Carlos Valderrama (Montpelliérain de 88 à 91). Et la représentation de celui qui ferait passer la coupe de David Luiz comme courte et classique, a logiquement eu droit à une attention capillaire particulière. Si bien que l’on croirait qu’un paquet entier de fusilli a été déversé sur le crâne du Cafétéro pour essayer de rendre sa touffe la plus réaliste possible. La classe à la colombienne.

JPEG - 46.1 ko
Gringo, il est bon mon Cafétéro

- Zinedine ZIDANE (dans le torse de Materazzi) : La France, pays de football douteux, n’accueille aucune statue de joueur sur son territoire. Pour une nation où l’art et la culture n’a qu’un regard condescendant sur un sport qu’elle considère comme populo et crasseux, rien de bien étonnant. Seule exception notable, l’œuvre représentant Zidane en train de mettre son coup de tête à Materazzi. Mais là encore, plus qu’un hommage à un grand sportif, il s’agit plutôt de représenter la "fragilité psychologique d’un homme". Snobisme intellectuel quand tu nous tiens. D’ailleurs, elle fut longtemps exposée au Qatar (autre grand pays de football s’il en est) avant de revenir depuis peu...dans le jardin de François Pinault !

- PELÉ : Sans surprise, c’est le roi qui s’est vu ériger le plus de monuments le représentant. 8 au total, tous au Brésil sauf un...en Inde ! Il devance largement son compatriote Zico, qui en comptabilise 4. On les retrouve principalement à Sao Paulo, dans son fief de Santos, ainsi qu’à Três Corações, sa ville natale de l’état du Minas Gerais. Dont notamment une trônant au centre de la Place Pelé, tout simplement.

JPEG - 91.8 ko
Le Roi Pelé et la Mère Thérésa

- NEYMAR : En général les joueurs passent à la postérité ’statuesque’ qu’une fois leur carrière achevée. Neymar est l’un de ces footballeurs encore en activité à avoir ce privilège (on citera également Iniesta, David Silva, Ronaldo, Eto’o). D’autant plus remarquable que ce fut le cas dès ses 20 printemps ! Cette pièce originale, à la tendance art contemporain, se situe dans le musée de Santos, le club qui a sorti la pépite brésilienne. Malgré une allure globale assez "robotique" on appréciera la magnifique crête arborée fièrement par notre clone d’étain.






 

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 

TOP 50 MONDIAL

 
 
Top 50 des meilleurs joueurs du monde et de France
Meilleurs joueurs du Monde et de France

 

FACE-À-FACES

 
 
Xavi vs Pirlo
Xavi vs Pirlo
Messi vs Ronaldo
Messi vs Ronaldo
Eto&#39;o vs Drogba
Eto'o vs Drogba

 

EQUIPES-TYPES

 
 
Des Politiciens
Des Politiciens
Des Minorités
Des Minorités
Des Révélations de l&#39;Euro 2016
Des Révélations de l'Euro 2016
Des Pistonnés
Des Pistonnés
Des Religieux
Des Religieux

 

ARTICLES

 
 
Serie A : Les pépites à suivre en 2017
Serie A : Les pépites à suivre en 2017
Ligue 1 : Les pépites à suivre en 2017
Ligue 1 : Les pépites à suivre en 2017
Equipe-type de l&#39;Euro 2016
Equipe-type de l'Euro 2016
Et si c&#39;était l&#39;année de la Juve ?
Et si c'était l'année de la Juve ?
Equipe-type de la Coupe du Monde 2014
Equipe-type de la Coupe du Monde 2014

 

BUT DE LA SEMAINE

 
 
Franck Ribery (Bayern) vs Francfort
Franck Ribery (Bayern) vs Francfort
 

RATÉ DE LA SEMAINE

 
 
Andrea Consigli (Sassuolo) vs Fiorentina
Andrea Consigli (Sassuolo) vs Fiorentina
 

ARTICLES DU SITE LES PLUS POPULAIRES

 
 
Rap Français
Football
# Interviews :
L'Indis - Les Dix
Grain de Caf' - Octobre Rouge
# Chroniques :
La DERNIERE TRIBU : "Révolution"
MC JEAN GAB'1 : "J't'emmerde"
# Faces-à-Face :
Messi vs Ronaldo
Eto'o vs Drogba
# Articles de Fond :
Equipe-type de la Coupe du Monde (...)
Guadeloupe, Martinique : Panorama (...)
# Playlistes :
Playlist de l’année 1998
Playlist à Thème : Le Cannabis
# Explications de Textes :
"365 Cicatrices" - La Rumeur (Le Bavar)
"Soul Rebel" - Médine & Tiers Monde
# Equipes-Type :
Des Tireurs de Coup Franc
Des Racistes
# Top 50 des Meilleurs Joueurs