> Equipes-Type <

 
 

Des Pistonnés


"On arrêtera de faire du rap sensé p’tet le jour où l’Assemblée ressemblera au vestiaire des Bleus". Quand Mokless pose cette phrase lourde de sens sur "La Somme de Toutes les Peurs", l’on comprend qu’en Football, contrairement à la politique, seul le mérite compte, pas le piston. Mais comme chaque règle à son exception, voici donc l’Équipe-Type des Pistonnés, le Onze des joueurs dont les proches ont placé le CV en haut de la pile.

Luca / Enzo / Zinédine ZIDANE
ZIDANE
François / Dominique D'ONOFRIO
D’ONOFRIO
DIGÃO / KAKA
DIGÃO
Ariel GARCÉ
GARCÉ
Grégoire / Paulin / Claude PUEL
PUEL
Thomas / Richard DERUDA
DERUDA
Darren / Alex FERGUSON
FERGUSON
Chedric / Clarence SEEDORF
SEEDORF
Jordi / Johann CRUYFF
CRUYFF
BEBE / Jorge Mendes
BEBE
Saadi KADHAFI
KADHAFI

- Barthélemy Constantin, directeur sportif du Fc Sion à 21 ans (et fils du président)

Remplaçants :
Vyacheslav Hleb (cadeau bonus lors du transfert de son frère à Stuttgart)
Benjamin Genghini (seuls matchs en L1 lorsqu’il est entraîné par son père)
Joël Cantona (plus connu pour être le frère d’Eric que pour son talent)
Paulin Puel (cf. Grégoire)
Enzo Zidane (cf. Luca)

- Luca ZIDANE : Avant eux, le prestigieux centre de formation du Real Madrid n’avait pas vu passé le moindre jeune joueur français. Eux ? Luca et Enzo Zidane, fils de qui vous savez. S’il est encore dur d’évaluer le niveau réel du gardien de 17 ans et du milieu de 20 printemps, il est clair qu’avec un tel patronyme tout est plus facile. L’avenir dira si la progéniture du mythique n°10 fait carrière grâce au daron ou au talent. Gageons qu’avec la fraîche nomination de l’ancien meneur de jeu sur le banc de l’équipe A Merengue, les petits Zizou ne tarderont pas à fouler les pelouses de Liga.

- Ariel GARCÉ : Lui, c’est carrément Dieu qui l’a pistonné. En 2010, le défenseur est sélectionné à la surprise générale par Maradona pour participer à la Coupe du Monde avec l’Albiceleste. Comment donc ce joueur on ne peut plus moyen de Colon a-t-il pu dégager de la liste des concurrents aussi talentueux et aguerris que Coloccini ou pire le grand Zanetti ? Tout simplement car "El D10S" a vu dans un de ses rêves Garcé en train de soulever le trophée de la Coupe du Monde ! Pas prémonitoire pour le coup.

- Grégoire PUEL : "Forza Puel". Cette inscription tatouée sur le mollet de Grégoire Puel en dit long sur ce qu’il doit à sa famille et à son père Claude. Car s’il a pu chez les jeunes accrocher sur son CV des clubs aussi cotés que Monaco, Lille et Lyon c’est peut-être parce qu’aux mêmes moments papa entraînait Monaco, Lille et Lyon. Car s’il a pu débuter en pro à Nice, c’est peut-être parce que c’est papa qui l’a lancé. Car s’il peut s’enorgueillir de 2 années d’affilées en tant que titulaire parmi l’élite, c’est peut-être parce que papa l’a installé envers et contre tous (public, joueurs, président). Deux années lors desquelles il décrochera le titre du plus mauvais joueur de L1 selon les notes moyennes de France Football. Record impossible à égaler tant un joueur lambda coupable d’une saison aussi pourrie, et qui ne progresse pas, ne serait plus titulaire l’année suivante. À 22 ans, l’excuse de la jeunesse ne passe plus, et la pression devient trop forte pour l’entraîneur des Aiglons qui doit laisser partir le fiston en L2 au Havre. Mais Claude Puel a de la ressource et contre-attaque dès la saison suivante en sortant de son chapeau...Paulin Puel.

Quand Claude pousse Grégoire

- François D’ONOFRIO : Quand on se nomme D’Onofrio, les portes de Sclessin, le stade du Standard de Liège, sont grandes ouvertes. François le sait bien, lui qui doit sa seule apparition dans l’élite belge un peu à ses aptitudes mais beaucoup à sa famille. Fils de l’entraîneur (Dominique) et neveu de l’homme fort du coin (Luciano), le jeune défenseur fréquente toutes les équipes de jeunes des Rouches jusqu’au dernier échelon national. Mais l’illusion ne durera que le temps d’un match, où il sera d’ailleurs hué par le public. Il joue désormais à Seraing, en D2 belge. Le Grégoire Puel du plat pays.

- DIGÃO : L’avantage des patronymes à rallonge brésiliens c’est qu’il est facile de dissimuler un nom dur à porter ou "à pression". Ainsi, quand on répond au nom de Digão, impossible a priori de savoir qu’on est le frérot de Kaka. Et pourtant, c’est plus à son Ballon d’Or de frère qu’à son talent pur que ce terne défenseur doit sa carrière. Car en 2003, la condition pour arracher le crack Kaka à Sao Paulo c’est de se coltiner Digão dans ses bagages. Un moindre mal pour le Milan Ac qui accepte l’emploi fictif sans sourciller tant le frangin brille de mille feux. Au final, entre prêts multiples et passages par les équipes filiales de niveaux inférieurs, il ne portera que 3 fois en 6 ans le maillot Rouge et Noir avant de rejoindre définitivement les New York Red Bulls et la MLS où officie...Kaka, toujours lui. On se dit alors que dans un championnat moins exigeant il va pouvoir s’imposer : que nenni, il ne jouera jamais. Dure vie que celle de "frère de" sans talent.

- Darren FERGUSON : Existe-t-il une seule personne au Royaume-Uni qui peut contester ce que fait Sir Alex Ferguson ? Anobli par la Reine, légende vivante à Manchester où il a tout gagné pendant 27 ans de règne, il n’a pas d’équivalent. C’est donc en toute décontraction qu’il a pu se permettre de faire jouer son garçon 30 fois avec les Red Devils de 1990 à 94. Milieu de terrain ne sortant pas du lot, à la fin de sa terne carrière, il emboîte logiquement le pas paternel en devenant entraîneur. Là encore, rien de bien excitant à se mettre sous la dent, il végète entre les bancs de Preston et Peterborough, bien loin des prestigieux matchs et trophées remportés par son géniteur.

- Chedric SEEDORF : En général, le piston ne peut être utilisé qu’une seule fois dans une carrière de footballeur pro, un monde qui ne laisse que peu de place aux supercheries. La réalité du terrain est impitoyable. Mais Chedric lui a fait feu de tout bois. Dans l’ombre de son glorieux frère, il aura réussi 2 fois à épingler un club de renom à son tableau de chasse chez les jeunes : le Real Madrid et l’Inter Milan. Evidemment, il n’y franchit pas le cap de l’équipe senior. Il ne franchit d’ailleurs aucun cap du tout, ne jouant jamais dans les clubs où il trouve refuge, aussi mauvais soient-ils. Et ce même à Legnano, petit club présidé par Marco Simone ami de Clarence (piston acte 3). En 2008, par un autre coup de baguette magique, il trouve le moyen de signer un contrat avec le Milan AC (piston acte 4). Enfin, il fini par jouer un peu plus à Monza, où le président semble vouloir lui donner sa chance. Peut-être parce que ce dernier se nomme Clarence Seedorf (piston final acte 5).

- Jordi CRUYFF : Dans le genre héritage lourd à porter, Jordi Cruyff se pose là. Et quand il décide à embrasser le même métier que celui qui à élever son pater au statut de légende vivante, il sait que la tâche s’annonce ardue. Bien vu, puisque tout au long de sa carrière - somme toute honorable - il n’aura de cesse de subir les railleries et les comparaisons forcément à son désavantage. Si sa formation à l’Ajax et son passage au Barça suivent exactement la même courbe que celle de Johan entraîneur, on ne peut lui enlever un transfert à Manchester et une participation à l’Euro 1996 avec les Oranjes. De là à dire qu’il a marqué l’Histoire du Football...

À peine né et déjà quasi assuré de jouer au Fc Barcelone

- Thomas DERUDA : C’est une situation de piston assez inédite en France (moins en Amérique du Sud par exemple). Car si le nom de Déruda est réputé, ce n’est pas exactement dans le monde du football, mais dans le "Milieu". Figure du grand banditisme, Richard (le père) est connu pour son passé de braqueur. Son rejeton lui ne braque pas grand-chose balle au pied. Mais quand le directeur sportif de l’OM se nomme José Anigo, un ami de la famille, tout est plus simple. Ce qui permet à Thomas (le fils) d’accumuler des matchs sous la tunique marseillaise. Mais pas assez au gout du paternel qui fait une descente chez le coach Jean Fernandez pour lui "conseiller" de faire jouer le fiston. Pour étouffer tout ça, il écume les petits clubs méridionaux en prêt pour finalement être aujourd’hui amateur à Marseille Consolat, le club fanion des Quartiers Nord. Le fief de la famille.

- Saadi KADHAFI : A l’époque du règne totale de Mouammar Kadhafi sur la Libye, le moindre caprice du "guide de la Révolution" et de ses fantasques enfants deviennent des ordres. Ainsi lorsque son 3e rejeton, faisant fi de ses 2 pieds carrés, émet le souhait d’être joueur de football professionnel, il devient rapidement capitaine de la sélection nationale. Et va même jusqu’à rejoindre des clubs de Serie A comme Pérouse ou l’Udinese par l’entremise de ses nombreux contacts en Italie (l’ancienne puissance coloniale). Conscient de son niveau district, il se dope pour faire illusion, mais comme le règne de son père, sa "carrière" s’arrête ensuite brutalement. Les meilleures blagues sont les plus courtes.

- BEBE : Si le piston est très souvent familiale, il peut prendre d’autres formes. Dans le cas de Bébé, c’est son agent qu’il peut remercier. En effet, c’est au tout puissant Jorge Mendes qu’il doit son rocambolesque transfert d’un obscur club portugais au grand Manchester United à l’été 2010. Le tout sous la tutelle de Carlos Queiroz, poulain de Mendes et toujours aussi influent auprès de Ferguson dont il a longtemps été l’adjoint. Mais même le montant exorbitant du transfert (8.5M€) n’y fera rien : la belle histoire entre l’ancien joueur de la Coupe du Monde des Sans-abris et les Diables Rouges va rapidement tourner court et se conclure par un échec cuisant. Dur dur d’être un Bébé (ouais je sais, elle est facile).






 

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 

TOP 50 MONDIAL

 
 
Top 50 des meilleurs joueurs du monde et de France
Meilleurs joueurs du Monde et de France

 

FACE-À-FACES

 
 
Xavi vs Pirlo
Xavi vs Pirlo
Messi vs Ronaldo
Messi vs Ronaldo
Eto&#39;o vs Drogba
Eto'o vs Drogba

 

EQUIPES-TYPES

 
 
Des Minorités
Des Minorités
Des Révélations de l&#39;Euro 2016
Des Révélations de l'Euro 2016
Des Statufiés
Des Statufiés
Des Religieux
Des Religieux
Des Bleus d&#39;Outre-Mer
Des Bleus d'Outre-Mer

 

ARTICLES

 
 
Serie A : Les pépites à suivre en 2017
Serie A : Les pépites à suivre en 2017
Ligue 1 : Les pépites à suivre en 2017
Ligue 1 : Les pépites à suivre en 2017
Equipe-type de l&#39;Euro 2016
Equipe-type de l'Euro 2016
Et si c&#39;était l&#39;année de la Juve ?
Et si c'était l'année de la Juve ?
Equipe-type de la Coupe du Monde 2014
Equipe-type de la Coupe du Monde 2014

 

BUT DE LA SEMAINE

 
 
Franck Ribery (Bayern) vs Francfort
Franck Ribery (Bayern) vs Francfort
 

RATÉ DE LA SEMAINE

 
 
Andrea Consigli (Sassuolo) vs Fiorentina
Andrea Consigli (Sassuolo) vs Fiorentina
 

ARTICLES DU SITE LES PLUS POPULAIRES

 
 
Rap Français
Football
# Interviews :
L'Indis - Les Dix
Grain de Caf' - Octobre Rouge
# Chroniques :
La DERNIERE TRIBU : "Révolution"
DAVODKA – "Un Poing C’Est Tout"
# Faces-à-Face :
Messi vs Ronaldo
Eto'o vs Drogba
# Articles de Fond :
Equipe-type de la Coupe du Monde (...)
Guadeloupe, Martinique : Panorama (...)
# Playlistes :
Playlist de l’année 1998
Playlist à Thème : Le Cannabis
# Explications de Textes :
"365 Cicatrices" - La Rumeur (Le Bavar)
"Soul Rebel" - Médine & Tiers Monde
# Equipes-Type :
Des Tireurs de Coup Franc
Des Racistes
# Top 50 des Meilleurs Joueurs