> Interviews <

 
 

Aki la Machine


Aki la machine, le percutant MC labellisé 75018, se confie pour nous, évoquant tour à tour son passé, son futur album, sa vision du rap, de la société, les présidentielles, Tabatha Cash, La Fouine, Pythagore, Figo...


- Petite présentation pour ceux qui n’aurait pas écouté ton morceau "Mon CV" (sur "Un pied dans la street et l’autre en studio")
- Bah déjà c’est pas bien les mecs, fallait l’écouter (rires). C’est le meilleur moyen de connaitre mon parcours (ndlr : séance de rattrapage ici), ma présentation au public, ma motivation, mon style, mes messages qui viennent de la rue.

- Ton rap correspond-il à ta personnalité ?
- En fait non, vu que dans la vie je suis plutôt le mec rigolo, j’aime bien me taper des barres, vanner. Mais les plus grands comiques sont souvent aussi les plus tristes. Coluche faisait marrer tout le monde, mais c’est lui qui a fait les Restos du Cœur. Je pourrais amener une petite touche d’humour, mais je trouve que c’est pas le moment, et comme je galère pour sortir chaque morceau, quand je passe derrière le micro, j’ai plus trop envie de rigoler ! Mon rap, à mon avis, tu ne peux bien le comprendre que si tu as déjà pris quelques murs dans ta vie. C’est vrai que si tu n’as jamais eu de problème, que t’es plein d’oseille, tu vas te demander de quoi je parle.

- Tout à commencer pour toi avec "Ma Mentalité".
- Oui, c’est un clip que j’ai tourné à Pigalle (à voir ici) et qui a été mis en avant par la chaine Zik, qui devenait XXL le soir. Je passais juste avant Tabatha Cash ! En tout cas, j’ai pas changé ma mentalité, sauf qu’aujourd’hui les coups de la vie je les prends dans ma gueule d’adulte. T’as plus 18 ans, l’argent que tu sors de ta poche c’est de l’argent qui fait mal, qui ne va pas servir à ta famille. A l’époque, quand j’ai écris ce titre, j’étais déjà mature et mélancolique, mais maintenant que l’insouciance est finie, je comprends 2 fois plus ces choses.

- Plus de 10 piges se sont écoulées entre ton 1er titre et ton 1er album. Comment expliques-tu ce long cheminement ?
- J’ai eu beaucoup d’illusions sur notre musique entre temps, je me suis rendu compte que tout ça c’était un business, qu’il y avait des gens qui ne voulait pas que j’en fasse parti. J’ai compris aussi que mon statut d’enfant d’immigré était mal perçu par l’industrie, comme dans le reste de la société : à leurs yeux j’étais juste le p’tit arabe avec une casquette. Par exemple, quand j’allais avec un pote - que je ne citerais pas - dans une maison de disque, les mecs disaient bonjour à mon pote, me regardaient de bas en haut sans me saluer, l’air de dire "qui t’as laissé rentré, restes devant la machine à café"...
- ...ça vient de là Aki la machine ?!
- Ouais, Aki la machine à café ma gueule ! (rires). Du coup à un moment tu te tournes vers l’auto-production, avec l’aide de certaines personnes, sans lesquelles il n’y aurait pas d’Aki aujourd’hui : Shao, Kobalt qui m’a fait des sons et des visuels, Tony Fresh du label de Ziko et L’S.Kadrille "C 2 la Balle" qui a réalisé mon album, Florent Boix, Kamel et sa marque Klap aussi pour le visuel. Tous ces gens-là ont injecté leurs argent, temps et expérience pour monter l’album. Tout n’est pas parfait, mais on essaie de faire le nécessaire pour exposer notre message au plus grand nombre, même sans grande stratégie marketing.

- Avant l’album, tu as mis un EP en téléchargement gratuit ("Quartier Rouge"), tu as fait ça dans quel esprit ?
- C’est un sacrifice. C’est pour dire au public que je suis prêt à lui donner un son carré et lui délivrer mon discours gratuitement, créer une relation de respect avec lui. Après, certains ont mal interprété le truc, m’ont dit que je dévalorisais mon travail, que je cassais mon business. C’est un peu comme si j’avais un bar et que j’offrais des verres gratuits à tout le monde. C’est vrai aussi qu’il y a des gens fourbes dans le public : il y en a qui ont téléchargé mon album et l’on critiqué, d’autres qui sont venus à un de mes concerts gratuits et après se plaignent. Au fait, pour l’album, je donne 20€ à ceux qui viennent à mes concerts ! (rires)

- A ce propos, des concerts de prévus ?
- On va essayer de tourner pour l’album, mais c’est pas facile. On est ouvert à tous les plans, donc s’il y a des régisseurs ou des personnes qui veulent me proposer des concerts, on peut toujours s’arranger. Je fais de la musique pour rencontrer des gens, donc oui ouvert à tout, première partie ou quoi que ce soit.

- Le futur proche c’est donc ton album, parle-nous-en un peu
- Ça sortira le 5 mars si tout se passe bien, c’est "Machinalement Marginal". Ils prétendent qu’il y a des émeutes, que les mecs deviennent tous chelou, mais en vérité ce sont eux qui ont construits ces mecs-là. Si tu mets 20 mecs avec le même langage et des méthodes un peu violentes, t’étonnes pas si demain c’est la guerre. Il n’aurait pas fallu faire ces ghettos, mais plutôt miser sur la diversité. Pour te dire, dans le 92, certains maires préfèrent même payer des amendes plutôt que de respecter le nombre légal d’HLM dans leur ville. Donc voila, "Machinalement Marginal" car par le biais des choses et de certaines volontés politiques, on est devenu des marginaux. Et il faut prendre conscience de ce statut pour en sortir.

- Ça s’annonce plutôt sombre visiblement ?
- Oui et non, il y a quand même beaucoup d’espoir dans l’album. Si je pouvais résumer toutes mes pensées en une phrase ça serait : "Venez, on s’organise et on pourra faire de bonnes choses". C’est dommage de ne pas s’entendre entre nous, d’une cité ou d’une rue à l’autre, alors qu’on est pareil. Je dis pas que je vais réussir à réunir tout le monde, mais je fais ce que je peux à mon échelle. Y’en a qui aime bien parler et dénigrer mais ils font quoi ? A part crier dans ton hall sous bédo et crier "Nique la France" tu fais rien. Moi la France c’est mon pays donc je suis pas là pour la niquer, juste pour y vivre ma vie tranquillement.

- Tes morceaux décrivent la société et ses maux mais sont finalement assez peu politisés. J’imagine tout de même que tu dois avoir une petite idée de ce que nous réservent les présidentielles de 2012 ?
- Je suis engagé mais pas vraiment politisé car je n’ai pas les connaissances et le bagage pour te donner une orientation politique. Mais je conseille quand même aux jeunes de prendre leur carte d’électeur et d’aller voter. Dans certain pays on se bat pour ça, les votes sont truqués, etc. En même temps, j’avoue que je m’y suis mis tard, j’ai 30 ans et c’est la 1ere fois que je vote. Mais j’ai mis du temps à comprendre certaines choses et à ranger les trucs dans ma tête...

- "Dis moi d’où tu viens, j’te dirais comment tu rappes" (Mokless sur "1 pour la plume" version équipe). Comment expliques-tu que le 18e soit depuis toujours une véritable référence niveau plume, une école à part ?
- Il y a des personnalités qui ont marqué le 18e comme Rockin’ Squat ou Fabe, et on a grandi en écoutant leur musique. Donc forcément après on peut pas dire n’importe quoi, ça serait une insulte envers les gens qu’on côtoie. Si moi j’écris une rime sur un truc qui veut rien dire, je me dis "ça va être relou quand Mokless ou Flynt va l’écouter celle-là". Il y a de tout dans le 18e, t’as des anciens qui trainent dans les bars, des mecs réfléchis, des vrais politiciens. C’est cosmopolite, ça va du petit acteur au rappeur. Si un jour je parle politique avec un gars et que le lendemain je raconte de la merde sur ma feuille, il va me dire "gros, c’est bien ce que tu m’as dit hier, mais j’ai écouté ce que tu fais, c’est de la merde, t’es qu’un hypocrite en fait, t’es capitaliste, t’engraines les jeunes dans le bédo, dans le braquage, dans le haram etc". Je peux pas faire ça, j’oublie pas qu’à la base, le rap c’est un cri de guerre qui vient d’en bas ! Aujourd’hui certains parlent de business ou de "bling-bling"... Perso, je m’en bats de mettre des meufs en string dans mes clips, déjà t’as des petits de cité qui galèrent pour comprendre le théorème de Pythagore et tu vas leur dire quoi, que les meufs c’est toutes des bitch et qu’il ne faut pas les respecter ? Du coup dans le rap, on voit que les mecs qu’on est censés représentés, ils s’en foutent de notre message, limite ils nous insultent. En France, les mecs de quartier vont toujours dénigrer un des leurs qui montent une entreprise. Si j’ai un pote qui ouvre un grec, je veux pas qu’il m’en offre un, je veux lui en acheter un, sa sueur, le fruit de son travail. Et si on pensait tous comme ça, on serait plus organisé et massif face au pouvoir. Après, je continuerais pour ceux, toujours présents, qui sont encore censés et réfléchis et qui font avancer les choses.

- "Dans ton MP3 tout neuf tu peux écouter du Aki" ("Bras Cassés"). Y’a quoi dans le tien ?
- Y’a du Nakk, il a un style unique, des rimes que tu n’aurais pas pu trouver même après y avoir réfléchi 10.000 fois ; y’a du "Appelles moi MC" (ndlr : projet auquel il y a participé), j’aime bien écouter des rappeurs pas connus, qui y croient encore, qui ont encore la fibre. Sinon, j’aime bien Brasco, Mokless un des meilleurs selon moi, Orelsan qui se démarque par sa personnalité, loin de surfer sur la vague gangster mytho : son rap c’est de la psychologie par traumatisme, il va te faire mal pour te faire réfléchir. En fait j’écoute un peu tout le monde, même La Fouine, sa musique me dérange pas, mais je lui demanderais juste d’ajouter une p’tite touche d’espoir dans ce qu’il fait. Après il a rien volé à personne, et comme je dis toujours, le rap c’est comme ton sexe, t’en fais ce que tu veux ! Dans mon MP3, tu trouveras aussi Original Bombattak, l’Skadrille, Les 10, Lino. Bref t’as toute l’histoire du rap français dedans.

- Ça change de certains rappeurs qui disent ne pas du tout écouter de rap français
- Moi ceux-là je les calcule même pas. Je dis toujours un truc : quand t’arrives dans une salle de boxe, il faut savoir qui est le champion du monde et qui est le boxeur qui peut te mettre K.O. Dans toute discipline, il faut visualiser les gens qui kickent, en l’occurrence ceux qui ont de la répartie, un message. Le rap français n’appartient pas aux rap cain-ri, il nous est propre, on a nos métaphores, proverbes, phrases à double sens. Même si le rap vient des States et que ça n’enlève rien à leurs talents, on a une richesse dans l’écriture qu’un Jay-Z peut nous envier.

- Ici c’est hip-hop et football. Ton avis sur le ballon rond, tu suis des clubs ou des joueurs en particuliers ?
- Franchement, j’m’en branle un peu du foot. C’est comme le classico Paris-Marseille, c’est bidon, en plus ils essayent de retranscrire ça au rap, alors que y’a rien. Moi, par exemple, j’ai énormément de respect pour un mec comme Alonzo.

- Pourtant récemment, tu as sortis une phase sur Figo par exemple
- Je me tiens quand même informé de l’actualité du foot...
- ...Figo est retraité là !
- (rires) Ouais je sais, mais j’ai écrit cette phase il y a 4 ans, et même si j’ai demandé à ma distrib’ de lancer le son avant que Figo soit retraité, ils m’ont dit "écoute, t’avais qu’à placer le nom d’un poussin qui va percer dans 5 ans, et tu serais pile poil calé" (rires). Entre le temps où on écrit nos textes, où on les pose et où on sort les trucs, du temps s’écoule donc forcément, des fois, y’a des loupés comme ça...

- Le mot de la fin ? (tribune libre, fais toi plaisir)
- Merci à toi pour l’invitation, tu parles de ma musique avec des mots justes, continues car c’est grâce à des sites comme le tien que l’on peut encore faire passer notre message.






 

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 

DU MEME ARTISTE

 
 
AKI : "Un Pied dans la Street et l&#39;autre en Studio"
"Un Pied dans la Street et l'autre en Studio"
AKI - "Quartier Rouge"
"Quartier Rouge"
AKI : "Hip Hop Addict"
"Hip Hop Addict"

"Mars &#38; Venus" - Aki
Son de la Semaine - "Mars & Venus" - Aki
"Hip-Hop Addict" - Aki
Son de la Semaine - "Hip-Hop Addict" - Aki
"Hara Kiri" - Aki la Machine
Son de la Semaine - "Hara Kiri" - Aki la Machine

 

AUTRES INTERVIEWS

 
 
Viktor Coup K
Viktor Coup K
Grain de Caf&#39; - Octobre Rouge
Grain de Caf’ - Octobre Rouge
Pejmaxx
Pejmaxx
L&#39;Indis - Les Dix
L’Indis - Les Dix
DaPro - Force Pure
DaPro - Force Pure
Aïckone Sakage Kronik (1/2)
Aïckone Sakage Kronik (1/2)
Aïckone Sakage Kronik (2/2)
Aïckone Sakage Kronik (2/2)

 

ARTICLES DU SITE LES PLUS POPULAIRES

 
 
Rap Français
Football
# Interviews :
L'Indis - Les Dix
Grain de Caf' - Octobre Rouge
# Chroniques :
La DERNIERE TRIBU : "Révolution"
MC JEAN GAB'1 : "J't'emmerde"
# Faces-à-Face :
Messi vs Ronaldo
Eto'o vs Drogba
# Articles de Fond :
Guadeloupe, Martinique : Panorama (...)
Equipe-type de la Coupe du Monde (...)
# Playlistes :
Playlist de l’année 1998
Playlist à Thème : Le Cannabis
# Explications de Textes :
"365 Cicatrices" - La Rumeur (Le Bavar)
"Soul Rebel" - Médine & Tiers Monde
# Equipes-Type :
Des Tireurs de Coup Franc
Des Racistes
# Top 50 des Meilleurs Joueurs