> Chroniques <

 
 
Lino

Requiem

(2015)

Une décennie. Il aura donc fallu attendre 10 ans pour que Lino passe de "Paradis Assassiné" à "Requiem". On ne peut pas parler pour autant de traversée du désert, non seulement car cette absence n’est due qu’à son propre chef - "Moi j’suis là où j’veux être, et d’ailleurs qu’est-ce ça peut t’foutre ?" - mais aussi car d’innombrables featurings et morceaux sur différents projets auront émaillés ces 10 années ("1001 Vies", "Invincible Remix", "Un Mal pour un Bien" etc. etc.). Sans même parler des sorties de Bisso Na Bisso en 2009 et surtout de "Radio Bitume", album solo datant de 2012 mais ’non validé’ par Lino lui-même car sorti à la hâte et non finalisé.

Dire que l’attente est forte autour de celui que beaucoup considèrent comme le N°1 est donc un euphémisme. Aujourd’hui âgé de 40 ans et fort de 20 ans de carrière dans l’industrie musicale ("Balltrap" est sorti en 1995), l’expérience accumulée et la qualité intrinsèque du lascar devaient faire de "Requiem" une sorte d’aboutissement. Textuellement, c’est bel et bien le cas, assurément.

En regardant de plus près le tracklisting, on retrouve de nombreux titres marquants. À tout seigneur tout honneur, "Requiem", dernier chapitre de l’oeuvre éponyme, est peut-être le plus puissant de ceux-là. Dès la première note, cette "Outrotombe" sonne le glas de l’album et plus généralement des rappeurs claqués qu’elle achève sur ses 8 minutes de lyrics assassins. Le bouquet final en quelque sorte, qui fait d’ailleurs parfaitement écho à "Choc Funèbre", la première piste à l’atmosphère semblable. Tout aussi sombres et bien écrits, "Le Flingue à Renaud", "Wolfgang" et "Au Jardin des Ombres" méritent plusieurs écoutes. Si ce dernier, aux paroles graves accompagnées par piano/violon, se positionne sur le registre de l’émotion, le morceau le plus touchant et profond de l’album se révèle être "Peuple qui danse". Sur une belle mélodie magnifiée par le refrain de Fally Ipupa, le Congolais de naissance sort sa plus belle plume pour évoquer avec justesse les maux qui déchirent son pays et son continent.

"12e Lettre" possède tous les ingrédients du classique : un instru propre, des textes percutants et une prise de risque dans l’écriture assez inédite. En effet, ce titre apparaît comme une allitération géante, exercice de style où il s’en sort avec maestria, la lettre ’L’ étant présente près de 300 fois sur 2 couplets sans en altérer son propos. Ce qui donne ce genre de phase : "Lance des litres de lyrics et les livre comme les lamelles dans l’alu". Posé avec le flow du monsieur, vous imaginez la déflagration. Et que dire de la bombe "Suicide Commercial" ? Cocktail explosif de punchlines et métaphores chocs, cette saillie verbale n’épargne ni les "Youtube gangster" ni ceux qui les mettent en lumière : "Ils font les macs, la bite à Bouneau c’est une clé USB". Au rayon des déceptions, dur de ne pas mentionner ces titres formatés pour la radio avec chanteur/chanteuse pour midinette au refrain. Si "Fautes de Français" avec Dokou s’en sort plutôt bien, Zaho, Corneille et surtout Manon font mal à la tête. Certes, Lino a de tout temps eu recours à des artistes mielleux pour certains de ses refrains (Assia, Wallen ou Jango Jack), mais quitte à se "suicider commercialement" n’aurait-il pas pu cette fois s’abstenir ?

De ’vrais rappeurs’ sont aussi présents en featuring, avec + ou - de réussite. Niro et Sofiane font ce qu’ils savent faire sur le très moyen "Narco", où seul le refrain (et le couplet de Lino) est à retenir. Plus loin en parcourant les pistes, Calbo et T.Killa se mettent eux au niveau de leur illustre frérot et livrent des couplets de qualité sur l’excellent "Ne M’appelez Plus Rappeur". Enfin, Youssoupha, malgré sa plume, ne parvient pas à sublimer "7 Milliards Sous le Ciel".
Et au jeu des ressemblances, celles entre Youssoupha et Lino sont assez significatives. En premier lieu, dans leurs parcours : M.Mabiki étant né à Kinshasa et M.M’bani à Brazzaville (les 2 capitales les plus proches du monde, simplement séparées par le fleuve Congo) avant de tous les deux débarquer dans le 95 (l’un à Cergy, l’autre à Villiers-le-Bel) où ils débuteront dans le rap avant d’inonder la France. Du coup, on constate logiquement des similitudes artistiques entre les bonhommes, notamment au niveau de la structure de leurs derniers albums en date, "Noir Désir" et "Requiem" : de longues tirades la plupart du temps sombres et sans refrain ("Espérance de vie" et "Noir D****" pour Youss’, "Choc Funèbre" ou "Requiem" pour Bors’) entrecoupées de titres plus légers et formatés avec une ’voix’ pour le refrain (Indila et Corneille vs Zaho et...Corneille !) le tout rehaussé d’une chanson pour leur bled avec en featuring une pointure du pays (Tabu Ley Rochereau/Fally Ipupa).

Avant de conclure cette chronique, difficile de ne pas évoquer l’autre point qui fâche et qui empêche "Requiem" de s’approcher de la perfection : le choix des prods. Trop convenu, trop lisse, ne sortant pas assez d’une certaine zone de confort ? Sans vraiment en déterminer la cause profonde, nos oreilles restent un peu sur leur faim. Ou peut-être est-ce simplement dû aux conseils du très ’mainstream’ Tefa à la réalisation artistique. Étonnamment, c’est sur le paradoxal "VLB" que Lino prend des risques en posant sur un beat aux faux airs de trap très marqué 2015, pour évoquer le mode de vie des..."Cailleras Ninety’s" !

Même s’il répète à l’envie qu’il est "un leader qui refuse de prendre ses responsabilités", Lino vient remettre de l’ordre dans le jeu et prouve qu’il n’y a pas d’âge limite pour faire du (très bon) rap. Et ce n’est pas fini puisque le 3e opus d’Ärsenik ne devrait pas tarder à débarquer. Quelques doutes subsistent...

LINO : "Requiem"

 
LES MEILLEURES CHANSONS :
 
 
- "12ème Lettre"
 Clip Clip de 12ème Lettre   Paroles Paroles de 12ème Lettre
 
- "Requiem"
 Clip Clip de Requiem   Paroles Paroles de Requiem
 
- "Suicide Commercial"
 Clip Clip de Suicide Commercial   Paroles Paroles de Suicide Commercial
 
- "Choc Funèbre"
 Clip Clip de Choc Funèbre
 
- "Peuple Qui Danse" feat. Fally Ipupa
 Clip Clip de Peuple Qui Danse   Paroles Paroles de Peuple Qui Danse
 




"12ème Lettre"


"Suicide Commercial"





 

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 

AUTRES RESSOURCES

 
 
LINO - "Mille et Une Vies"
Son de la Semaine - LINO - "Mille et Une Vies"
"Un Mal pour un Bien" - REDK, Lino
Son de la Semaine - "Un Mal pour un Bien" - REDK, Lino
"12ème Lettre" - Lino
Son de la Semaine - "12ème Lettre" - Lino
"Wolfgang" - Lino
Son de la Semaine - "Wolfgang" - Lino
"Suicide Commercial" - Lino
Son de la Semaine - "Suicide Commercial" - Lino

 

VOUS AIMEREZ AUSSI

 
 
La BRIGADE : "Change"
La BRIGADE : "Change"
ARSENIK : "Quelque chose à survécu"
ARSENIK : "Quelque chose à survécu"
VÎRUS : "Huis-Clos"
VÎRUS : "Huis-Clos"
VÎRUS : "Faire-Part"
VÎRUS : "Faire-Part"
ARSENIK : "Quelques gouttes suffisent"
ARSENIK : "Quelques gouttes suffisent"

 

LES MEILLEURES NOTES

 
 
LINO : "Requiem"
La Dernière Tribu
"Révolution"
LINO : "Requiem"
Puzzle
"Eponyme"
LINO : "Requiem"
Koma
"Le Réveil"
LINO : "Requiem"
Kery James
"Si C'Était à Refaire..."

 

ARTICLES DU SITE LES PLUS POPULAIRES

 
 
Rap Français
Football
# Interviews :
L'Indis - Les Dix
Grain de Caf' - Octobre Rouge
# Chroniques :
La DERNIERE TRIBU : "Révolution"
MC JEAN GAB'1 : "J't'emmerde"
# Faces-à-Face :
Messi vs Ronaldo
Eto'o vs Drogba
# Articles de Fond :
Guadeloupe, Martinique : Panorama (...)
Equipe-type de la Coupe du Monde (...)
# Playlistes :
Playlist de l’année 1998
Playlist à Thème : Le Cannabis
# Explications de Textes :
"365 Cicatrices" - La Rumeur (Le Bavar)
"Soul Rebel" - Médine & Tiers Monde
# Equipes-Type :
Des Tireurs de Coup Franc
Des Racistes
# Top 50 des Meilleurs Joueurs